Etat annuel du marché du logement dans l'aire urbaine d'Angers

A l'échelle de l'aire urbaine, cette publication présente une analyse détaillée du marché du logement à travers une série d'indicateurs sur l'offre et la demande.

Plaques de numéros de maison

L’aire urbaine d’Angers compte 409 836 habitants en 2016, soit 51% des habitants du département du Maine-et-Loire. La croissance soutenue observée sur ce territoire entre 2011 et 2016 est principalement portée par le pôle urbain d’Angers.

En 2016, les ménages de l’aire urbaine sont plus nombreux qu’en 2006 (+16 911 en volume) mais de plus petite taille. Le nombre de personnes seules et de familles monoparentales ne cessent de progresser avec respectivement +11 460 et + 2 096 ménages. Ce phénomène a un impact direct sur le revenu médian disponible de l’aire urbaine qui s’établit à 1 726 €/mois, proche de la moyenne nationale mais inférieur à celui des aires urbaines de comparaison. Des disparités importantes de revenus au sein de l’aire urbaine perdurent.

coup d'oeil sur le logement

L’année 2018 connaît un ralentissement de la croissance du nombre de résidences principales sur l’aire urbaine d’Angers avec près de 189 200 unités, soit 1 997 de plus en un an.

Les tensions s’amplifient pour le locatif

Avec plus de 40 600 logements locatifs sociaux en 2018, on assiste à un rééquilibrage de l'offre locative sociale au sein du pôle urbain d’Angers. Malgré cette offre abondante (plus de 21% des résidences principales), la tension sur ce parc s’intensifie avec toujours une augmentation du nombre de demandes et une baisse du nombre d’attributions.

Le locatif privé enregistre les mêmes évolutions avec une baisse sensible du nombre de logements proposés à la location.

le marché de l’accession se porte bien

Parallèlement, le dynamisme de l’accession dans le neuf et l’ancien est porté par des taux très bas, malgré la suppression de l’APL accession, la réduction de la quotité du PTZ, ….

La production neuve ne faiblit pas en 2018 avec 2 691 logements neufs, dont 71% réalisée dans le pôle urbain d’Angers. Un pic est observé au 4e trimestre et représente à lui seul près de 39% de la production neuve de l’année. Il s’explique par l’anticipation des promoteurs et investisseurs à engager les opérations avant la fin du dispositif de défiscalisation Pinel au 31/12/2018. Le marché de seconde main reste à un niveau élevé et voit ses prix orientés à la hausse.