Notes de l'observatoire de l'habitat

Les notes de l'observatoire de l'habitat sont des analyses thématiques réalisées à l'échelle de l'Aire d'attraction d'Angers.

Post-it Notes de l'observatoire habitat

L'observatoire de l'habitat est réalisé à l'échelle d'un nouveau périmètre, celui de l'aire d'attraction d'Angers.

Pour alimenter cet observatoire, l'Aura propose une nouvelle collection "Les notes de l'observatoire de l'habitat". Réalisées tout au long de l'année dès réception des bases de données, ces notes synthétisent des analyses pour une meilleure connaissance du marché du logement. En fin d'année, l'ensemble de ces notes seront compilées et constitueront l'Etat annuel du marché du logement à l'échelle de l'aire d'attraction d'Angers.
 


Hausse du nombre de logements dans l'aire d'Angers et complémentarité des parcs entre ses territoires

Le parc de logements de l’aire d’attraction d’Angers continue à s’accroître, atteignant près de 216 000 unités en 2019, avec une accélération de la croissance du nombre de résidences principales sur la période 2013-2019, notamment dans les communes du pôle centre.
Alors que le parc de logements vacants se réduit entre 2013 et 2019, le nombre de résidences secondaires et de logements occasionnels augmente dans l’aire d’Angers.
Les parcs sont complémentaires entre les territoires de l’aire d’Angers, chacun se spécialisant depuis 20 ans (type, taille, statut d’occupation).

Lire la note sur le parc de logements │septembre 2022



La croissance démographique de l'aire d'Angers toujours aussi dynamique

En 2019, près de 436 200 habitants vivent dans l’aire d’attraction d’Angers, soit une croissance moyenne de 0,7% par an depuis 2013.  La plupart des communes enregistre un taux de croissance moindre sur la dernière période 2013-2019 sauf les communes les plus urbaines autour d’Angers et celles à proximité des pôles du département.
Depuis 1990, le nombre de ménages tend à croître plus vite que la population. Cette hausse est principalement imputable à l’accroissement des ménages d’une seule personne. De ce fait, la baisse de la taille des ménages se poursuit, atteignant 2,15 en 2019.
La population vieillit avec l’avancée en âge des baby-boomers.

Lire la note sur la population │septembre 2022



Plus de 4 500 attributions dans le parc social de l'aire d'Angers en 2021

En 2021, plus de 4 500 ménages sont entrés dans le parc locatif social de l’aire d’attraction d’Angers. Après l’année 2020 atypique, du fait de la crise sanitaire, le nombre d’attributions augmente sur un an (+714).
Le délai moyen d’obtention d’un logement et le temps d’inscription dans le fichier de la demande s’allongent depuis 2017.
En cinq ans sur l’aire d’Angers, le profil des entrants a évolué : une part plus élevée de jeunes ménages, une proportion plus importante de ménages avec des revenus plus modestes.

Lire la note sur les attributions dans le parc social │août 2022



Demande locative sociale au 1er janvier 2022 dans l’aire d’Angers : stabilisation du nombre de ménages très modestes

Sur un an, le nombre de demandeurs souhaitant un logement dans l’aire d’attraction d’Angers augmente d’un millier de ménages, atteignant 18 260 foyers au 1er janvier 2022.  Cette hausse est plus importante dans les communes de la couronne de l’aire d’Angers.
Elle résulte d’une combinaison de plusieurs facteurs : baisse du nombre de départs de locataires du parc social, hausse du nombre de demandeurs ne résidant pas dans l’aire d’Angers et d’étudiants, évolution du parc …
La part de demandeurs avec des revenus très modestes reste élevée (71%), mais leur nombre se stabilise sur un an.
La tension sur le parc social progresse dans tous les territoires du département.

Lire la note sur la demande locative sociale │août 2022



Stabilité de l'offre locative sociale entre 2020 et 2021 dans l'aire d'Angers

Au 1er janvier 2021, l’offre locative sociale de l’aire d’Angers est composée de plus de 44 000 logements et reste stable sur un an. Le nombre de nouvelles mises en location a été moins important compte tenu notamment de l’accélération de la phase de déconstruction dans les quartiers de rénovation urbaine d’Angers.
Entre 2019 et 2020, la mobilité des locataires a diminué en raison des confinements successifs de la COVID-19 et d’une tension des marchés immobiliers.
En 2021, comme les années précédentes, le taux de vacance dans le parc locatif public reste faible.

Lire la note sur l'offre locative sociale │juillet 2022



Aire d'Angers : hausse du revenu des ménages  entre 2018 et 2019 mais des disparités territoriales persistent

En 2019, le revenu médian disponible des ménages de l’aire d’attraction d’Angers augmente sur un an en raison d’une conjoncture économique plus favorable et de la mise en place de mesures.
Même si on observe une hausse plus importante des revenus pour les ménages modestes entre 2018 et 2019, des écarts importants de revenu subsistent entre les ménages de l’aire d’Angers.
Le taux de pauvreté de l’aire d’Angers reste inférieur à celui de la France métropolitaine en 2019.

Lire la note sur les revenus │février 2022



Fini le périmètre de l'aire urbaine et place à l'aire d'attraction des villes

Dans cette note l’agence d’urbanisme présente les périmètres de l’observatoire de l’habitat, suite à la disparition des aires urbaines de l’INSEE.
On y parle donc de la nouvelle aire d’attraction d’Angers, de son découpage et de l’échantillon d’aires de comparaison.

Lire la note sur le périmètre AAV│avril 2021